Hadopi Parpaing

La très (im)populaire Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des Droits sur Internet a dévoilé sa prochaine campagne à destination du grand public ce matin. Prévue pour le 13 juin prochain, le dispositif principal tourne autour de six spots TV, de deux spots radio et d’une kyrielle d’annonces concoctés par l’agence H en collaboration avec Home. Un site Web vient supporter la mise en place d’un label destiné aux éditeurs de contenus.

Pour redorer le blason de cette institution largement controversée, l’accent n’est non pas mis sur les sanctions encourues à la sauce riposte graduée – son cheval de bataille – mais sur les conséquences que la « piraterie » peut avoir sur la création artistique à long terme.



Défaut de conception ou moquerie certaine, la vue – ou plutôt l’écoute – du dernier spot force effectivement à se demander s’il ne serait pas mieux de continuer à pirater dans son coin pour enterrer une fois pour toute la « création ».

Hadopi Tue-Moi
Hadopi Sarah
Voir toutes les annonces

Bien que les affiches conservent le même axe de communication, elles semblent clairement moins percutantes, perdant ce ton du teasing très décalé présent dans les spots.

Quant au site web, www.pur.fr (qui ne semble pas encore activé), il servira de relais à la dernière invention qui sauvera la création : le label Pur. Celui-ci peut être demandé par des éditeurs de contenus, certifiant ainsi qu’ils proposent une offre légale/équitable pour l’industrie les artistes.

Même avec un bel effort de pédagogie, le message de cette campagne semble, pour ma part, encore faible malgré l’apparition des premiers signes mettant en avant les offres légales.

Via Stratégies, Henri Kaufman