Mathieu Kassovitz

Je viens de tomber sur une interview de Mathieu Kassovitz. Je dois avouer que ce n’est pas trop mon habitude de lire les interviews en entier ; soit parce qu’elles sont purement réalisées pour la promo d’un nouveau film, album ou je n’sais trop quoi soit parce que la personne interviewée s’en fout complètement (ou les deux). Mais la le mister Kassovitz nous livre son état d’esprit sur notre époque, technologiquement, cinématographiquement et juridiquement parlant et pour une fois je n’ai pas lâché avant la fin.

Tout commence avec la passion du réalisateur pour la technologie. La rivalité Apple/Microsoft y est abordée de manière très brutale avec des « clichés » classiques mais vus par un professionel du cinéma amené à les utiliser tous les jours.

« … j’en ai marre de payer pour le design. Et puis, quand je sais que pour 3 000 euros de moins, j’ai une machine qui marche mieux, pourquoi me priver ? Les Mac ne devraient pas coûter aussi cher. On paye le design. Quand on ouvre un MacPro, c’est magnifique. C’est l’OS qui m’intéresse plus que le design. J’adore les nouveaux Mac, ce sont des machines magnifiques mais aujourd’hui, même HP fait de belles machines. Et puis, depuis Intel, les Mac sont des PC. »

© http://www.svmmac.fr

Je ne nierai pas que dans un milieu professionnel le design n’est pas toujours ce que l’on attend d’une machine.

Après quelques commentaire sur le hacking de différentes machines, Mathieu Kassovitz nous amène vers un problème que je ne trouve pas assez débattu ces derniers temps : l’interface matérielle d’utilisation de la machine.

« Que ce soit sur Avid ou sur Final Cut, il faut toujours utiliser la souris pour régler les pistes son et images, bref, il n’y a rien d’instinctif, d’ergonomique ou de naturel. On perd 70% de son énergie créative à faire tourner la machine. »

© http://www.svmmac.fr

Certes des évolutions ont été implémentées de ce côté comme le tactile. Ce n’est peut-être pas un bon exemple car je trouve personnellement le tactile très inconfortable dans une utilisation bureautique (après avoir essayé le HP TouchSmart). Cette techno est vraiment bien adaptée pour une utilisation « grossière » d’un périphérique, j’entends par là un GPS, un terminal de retrait ou de paiment ou encore un catalogue digital en magasin (je pense notamment à IKEA).

La discussion se poursuit sur la révolution numérique et l’impact que celle-ci a eu sur le cinéma, aussi bien au niveau des méthodes de productions que de distribution.

Le montage analogique n’a rien à voir avec ce que l’on fait. Aujourd’hui, il y a des plans d’une demie seconde. C’était physiquement impossible à l’époque.

© http://www.svmmac.fr

C’est à partir de la que tout devient encore plus intéressant :

« Un autre effet négatif est la dématérialisation qui a généré le peer-to-peer. Comment te positionnes-tu avec la loi Hadopi ?
M.K.- Je n’ai jamais rien dit sur le sujet mais pour moi c’est une connerie. »

Un avis clair et tranché qu’il développe et que je partage totalement, je me sens un peu bluffé qu’un tel réalisateur confirme avec autant de détails ma pensée !

Lire l’interview complète de Mathieu Kassovitz

Bonne lecture ;)