Placebo Battle FOr The Sun pochetteTracklist :
1. « Kitty Litter » – 2. « Ashtray Heart » – 3. « Battle For The Sun » – 4. ‘For What It’s Worth » – 5. « Devil In The Details » – 6. « Bright Lights » – 7. « Speak In Tongues » – 8. « The Never-Ending Why » – 9. « Julien » – – 10. « Happy You’re Gone » – 11. « Breathe Underwater » – 12. « Come Undone »
- 13. « Kings Of Medicine »

Date de sortie : 8 juin 2009

En ce 8 juin 2009, Battle For The Sun, le successeur de Meds sorti en 2006, pointe le bout de son nez dans les bacs. M’étant inscrit sur le site officiel du groupe depuis un petit moment, j’ai eu l’occasion de l’écouter quelques jours avant la sortie. Pour ce nouvel album, remaniement ministériel pour Placebo puisque depuis le 1er octobre 2007, la place de batteur était restée vacante après le départ pour « divergences musicales » de Steve Hewitt. C’est donc Steve Forrest, jeune batteur américain de 22 ans, qui reprend les baguettes.

Après le demi-succès de Meds, il était temps pour les Placebo de revenir sur le devant de la scène. C’est chose faite avec ce nouvel album, qui nous montre une fois de plus une des facettes musicales de la formation. Les deux premiers albums (Placebo et Without You I’m Nothing) se voulaient noisy à la limite du punk-rock et émotionnels, le troisième (Black Market Music) un mélange de styles musicaux (allant même jusqu’au hip-hop sur le titre « Spite & Malice »), le quatrième (Sleeping WIth Ghosts) électronique, énergique et envoûtant, le cinquième (Meds) mélancolique et ce sixième album se veut résolument être un subtile mélange entre les Placebo et Sleeping WIth Ghosts avec un son toujours plus éléctronique. La basse reste quand à elle toujours aussi omniprésente et rythmée, apportant une ligne mélodique indispensable.

Dès les premières notes de l’album, « Kitty Litter » nous plonge dans une sorte d’ambiance pesante mais agréable, vite relevée d’un « Ashtray Heart » dont je n’apprécie pas du tout l’intro et sa reprise tout au long du morceau. Les choses sérieuses commencent avec « Battle For The Sun » , dont la lenteur du début fait apprécier tout le reste du morceau, reflétant presque l’allure d’une marche tranquille rapidement transformée en course contre la montre. S’enchaîne ensuite parfaitement le premier single, « For What It’s Worth » électronique et énergisé à souhait. La tension redescend un petit peu avec un sublime « Devil In The Details », le calme « Bright Lights » et l’émouvant « Speak In Tongues ». L’entraînant « The Never-Ending Why » très FM relève la sauce pour laisser place à « Julien » avec une intro très électro à laquelle s’ajoute progressivement la voix de Brian Molko et une guitare en crescendo. La suite du morceau se vit un peu comme une libération lorsque le beat made in tecktonik laisse place aux instrus qui ont construit le succès de Placebo. Ensuite arrive « Happy You’re Gone », me rappelant vaguement des titres de The Juliana Theory (notamment « Constellation »), calme, rythmé et ponctué de passages plus enjoués et mélancoliques. « Breathe Underwater » quant à lui me rappelle un « Bulletproof Cupid » chanté, pour ma plus grande joie. Dans les titres envoûtants, à la « Spleeping With Ghosts », « Come Undone » se défend très bien et son calme introduit parfaitement un « Kings Of Medicine » tout simplement génial.

Avec ce sixème opus, Placebo a su faire évoluer sa musique, d’une part avec un nouveau batteur qui apporte une certaine fraîcheur au sein de la formation, et d’autre part avec l’expérience acquise et les différentes orientations musicales déjà empruntées par les précédentes galettes. Au final, un très bon album, mon deuxième après Sleeping With Ghosts qui m’avait énormément marqué en 2003.

Placebo – « For What It’s Worth »
[youtube Lo2cSq3s4NM]