franz ferdinandFranz Ferdinand - Tonight : Franz Ferdinand
1. « Ulysses » – 2. « Turn It On » – 3. « No You Girls » – 4. « Send Him Away » – 5. « Twilight Omens » – 6. « Bite Hard » – 7. « What She Came For » – 8. « Live Alone » – 9. « Can’t Stop Feeling » – 10. « Lucid Dreams » – 11. « Dream Again » – 12. « Katherine Kiss Me »
Date de sortie : 27 janvier 2009

Quatre printemps après leur dernier album You Could Have It So Much Better, les Ecossais de la formation rock Franz Ferdinand reviennent sur le devant de la scène avec une nouvelle galette intitulée Tonight : Franz Ferdinand.

Une sensation de résurrection
Quelques notes de basse, un rythme de batterie et une voix chuchotante : on assiste au réveil du groupe dès le premier morceau, «Ulysses». Ce premier single aura à la fois la capacité de faire douter les fans de la première heure mais aussi d’accrocher les moins connaisseurs.

Turn it On, qu’on écoute un peu ce que ça donne
Une fois les oreilles lentement réveillées par l’introduction, il est temps d’entrer dans le vif du sujet. Le bassiste, nous met au parfum dès le deuxième titre à coup riffs ravageurs qui donnent le ton de l’album entier. Les titres «Can’t Stop Feeling» et «Send Him Away» sont l’exemple parfait d’une basse. Même si on rencontre une basse omniprésente, les riffs guitaristiques ne sont pas en reste et signent le style sonore du groupe. L’ultime tiercé : «No You Girls», «Bite Hard» et «What She Came For».

Douce Nuit
Du côté des textes, on rencontre un attrait particulier pour le monde de la nuit et des joyeux lendemains : fête («Ulysses»), amour («Can’t Stop Feeling», «Twilight Omens», «Live Alone») expériences droguistiques («Ulysses»), sexe («No You Girls»), le rêve («Lucid Dreams», «Dream Again»)… C’est à se demander si les textes n’auraient pas pu être écrits par des étudiants. Pour compléter cette ambiance, la pochette, non plus marquée par le constructivisme et le Bauhaus, affiche clairement l’univers du célèbre photographe nocturne Weegee.

Douze titres, pas un de moins, mais huit de plus
Les amateurs d’extented plays, de B-Sides et autres joyeusetés extra-album vont être ravis puisque la version deluxe offre une deuxième galette intitulée Blood comprenant des reprises dub/electro des titres de la première. Ceux qui n’avaient pas aimé la petit touche électronique vont regretter d’avoir opté pour l’achat de cet extented-fourre-tout.

Les temps changent
Même si le deuxième opus tranchait avec le premier, Franz Ferdinand nous avait habitué à un rock énergisé, rempli de guitares à la mélodie survoltée dont l’exemple connu de tous s’intitule «Take Me Out». Avec la sortie de Tonight : Franz Ferdinand, la formation nous offre une autre vision musicale. Les claviers sont surmixés, notamment sur «Lucid Dreams» et se voient offrir des sonorités électroniques au contraire des deux précédentes productions. Effet de mode ou choix artistique profond, les britanniques de Bloc Party se sont également posé la question avec leur récent album Intimacy.

Un album avec ses bons et mauvais côtés, qui marque une évolution notable dans l’orientation musicale de la formation.