forthLe dernier album du quatuor british The Verve vient de sortir hier, après onze années d’absence en studios, un nouvel opus. Intitulé Forth, cet album est toujours dans la même veine que son prédécesseur Urban Hymns paru en 1997. Les fonds sonores planants sont toujours au rendez-vous.

On entame l’écoute avec un « Sit and Wonder » que je trouve assez rugueux, psychédélique mais accrocheur. On enchaîne avec le premier extrait de l’album, « Love Is Noise« , qui m’avait vraiment plu, même si « Bittersweet Symphony » reste pour moi indétrônable. Ensuite on revient à du son plus proche d’Urban Hymns (cf. « The Rolling People ») avec les deux pistes suivantes « Rather Be » et « Judas » : du son plus clair et plus doux. La cinquième et sixième piste, respectivement « Numbness » et « I See Houses » se veulent plus atmosphériques, avec un tempo plus calme, marquant une pause au milieu de l’album. On reprend un rythme plus soutenu avec « Noise Epic », tout aussi psychédéliquistique sur un peu plus de huit minutes. On continue avec « Valium Skies » qui m’a, tout comme « Sit And Wonder » vraiment accroché par sa mélodie et son atmosphère. En revanche, le titre suivant « Columbo », assez expérimental avec un fond musical éraillé, ne m’a pas vraiment plu. Pour conclure cet album, retour sur du son vraiment planant avec « Appalachian Springs », vraiment mélodique, accrocheur et tout ce qu’on veut.

Au final, après plusieurs écoutes, j’en ai retenu une bonne impression, même si je le trouve un peu moins bon que son aîné Urban Hymns. Si l’envie vous prend de partager votre avis (bon ou mauvais) sur cet album (ou comme tout ceux dont je parle), n’hésitez pas ;)